• Chirac bientôt en prison, en y attendant Sarkozy

    Notre très cher ministre de l'intérieur, président de l'UMP et candidat à l'élection présidentielle... enfin, cet homme très occupé, vient de déclarer qu'il ferait tout son possible pour que Jean-Marie Le Pen et Olivier Bezancenot obtiennent leurs parrainages et puissent se présenter à la présidentielle. Pour ma part, j'aurais fort apprécié être un Mur. C'est vrai. Je crois que, étrangement, j'en aurais même été un du ministère place Beauvau. Peut-être là, grâce à mes oreilles, aurais-je fait parti du cercle des intimes à partager le secret...

    PEUT-ETRE Sarkozy est-il sincère! Effectivement, l'absence des Le Pen et Bezancenot - près de 20% d'intention de vote à eux deux - à la présidentielle n'est pas acceptable pour lui. Auquel cas, c'est tout à son honneur de se battre pour ce principe démocratique.

    MAIS dans le fond, cette affaire joue pour lui. Car s'il parvient à "présidentiabiliser" les deux leaders extrêmistes, on peut imaginer des consignes de vote au second tour en sa faveur, par reconnaissance. Une façon d'apparaître sympathique aux yeux des militants du FN et de la LCR, en quelque sorte.

    PIRE, et si cette histoire n'était qu'une mascarade? Un coup médiatique? Si, en réalité, Nicolas Sarkozy réussissait son coup, en "n'obtenant pas assez de parrainages" pour ses deux adversaires? Ainsi, non seulement Le Pen ne pourrait pas donner de consigne en défaveur du candidat UMP comme il l'avait un temps laissé entendre (celui-ci lui étant venu en aide, même sans résultat), mais en plus le futur-ex-ministre de l'intérieur verrait son électorat de droite considérablement s'élargir. On peut qualifier Sarkozy d'humaniste ou de républicain convaincu, mais on ne peut nier sa rage de vaincre.

    Thèse tirée par les cheveux? Ce serait oublier qu'il y a deux ans, un membre du cabinet sarkozyste avait déclaré que Le Pen n'obtiendrait en 2007 pas assez de parrainages en vue de la présidentielle (municipales 2008 obligent). Alors pourquoi un tel immobilisme de la part du ministre, organisateur de l'élection (de sa propre élection??) depuis lors? Pourquoi ne pas avoir, comme le demandent un certain nombre de maires, instauré le "parrainage secret"? Une aberration de la Vème République rendant public 500 des maires ayant voté pour chaque candidat. Les citoyens votent bien secrètement en faveur de leur président, pourquoi les maires n'en feraient-ils pas autant? Une telle réforme n'aurait été que bien acceptée.

    Sarkozy, "ou comment après avoir piqué à mon patron sa machine électorale, je vais maintenant essayer éliminer mes concurrents". Scénario possible. Ou totalement délirant. Mur, Mur, je t'en prie, raconte...

    Nico


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :